LA COMMANDERIE DE MIRAVET



En 1153, Raymond Berenguer IV fit la conquête du dernier bastion andalous de la région de l’Ebre, Murabit, et le donna en fief à Pere de Rovira, maître de l’Ordre du Temple en Espagne et en Provence. Il s’agissait d’un grand domaine comprenant la quasi totalité des contrées actuelles de la Ribera d’Ebre et la Terra Alta. C’était le District de Ribera, un territoire énorme, à mi-chemin entre la commanderie et la province, dont dépendaient 27 maisons et, plus tard, les commanderies de Horta et d’Asco.

A l’époque où elle était un important centre administratif et politique, la commanderie de Miravet contrôlait le passage fluvial et terrestre vers l’intérieur de la commanderie. A la fin du XIIIème siècle, c’est le maître provincial de l’ordre qui résidait à Miravet. Il protégeait le trésor et les archives de l’ordre sous la Couronne. Cette commanderie fut un des noyaux de résistance des Templiers les plus importants lors du processus de dissolution de l’ordre, et elle résista héroïquement à un siège qui dura plus d’un an, entre 1307 et 1308.


Castillo de Miravet


Le château-couvent des Templiers et le hameau musulman

Les Templiers transformèrent le hisn andalous en un château-couvent novateur inspiré des ribats syriens et byzantins. Il s’agit d’un authentique château croisé de style romain de transition et de formules architecturales cisterciennes réunissant le concept militaire le plus solide et l’esprit conventuel le plus pur.

On peut toujours y observer 14 dépendances construites sur trois niveaux autour d’une cour centrale (porterie, citerne, réfectoire, cave, silos, tour du trésor, parvis, temple, salle du commandeur, etc.) et bien examiner le prototype qui allait servir de modèle aux futures forteresses des ordres militaires.

Les murailles du château s’étendent sur des rochers dans la rivière. En-dessous de ces murailles on trouve toujours l’ancien hameau musulman et sa vieille église et plus loin on peut découvrir la barque du passeur et le quartier des potiers, un métier tellement enraciné dans les habitudes de Miravet et toujours d’actualité.

INFORMATION

-